Nouveaux Modes de Financement de l’UE en Faveur de la Paix et de la Sécurité Africaines / How to Spend It: New EU Funding for African Peace and Security

This report analyses potential opportunities and risks that the new EU funding structure could present for AU-EU cooperation and for African peace and security more broadly. It then offers recommendations for the structure’s responsible implementation. With the December 2020 political agreement on the establishment of the European Peace Facility (one of the APF’s successor funds) and negotiations over its implementation in Africa about to start in Brussels and member states, and with preparations under way for the next AU-EU summit, scheduled for the first half of 2021, the report aims to inform the debate around these issues in Africa and Europe. The report builds on previous Crisis Group research on AU-EU relations and UN-assessed contributions for African peace support operations. It also draws from interviews conducted from January to December 2020 with EU and AU officials and member state representatives in Addis Ababa and Brussels, as well as civil society experts in Europe and Crisis Group’s field staff in the Sahel, Lake Chad basin and Horn of Africa. / Depuis 2004, l’Union européenne (UE) est un bailleur de fonds essentiel de l’Union africaine. Elle soutient les efforts de prévention des conflits à travers la facilité de soutien à la paix pour l’Afrique (APF, en anglais). En 2021, dans le cadre d’une re fonte de ses fonds de politique étrangère, l’UE et ses Etats membres démantèleront l’APF et les ressources qui y transitaient auparavant passeront désormais par deux instruments plus flexibles, qui lui succèderont. Si ce changement structurel permet tra à l’UE de continuer à jouer un rôle clé dans le soutien à la prévention des conflits en Afrique, il comporte toutefois certains risques, dont celui que Bruxelles tende à systématiser, avec ces nouveaux instruments, des réponses surmilitarisées aux con flits régionaux. Le présent rapport analyse les perspectives et les risques que cette nouvelle struc ture de financement de l’UE pourrait présenter pour la coopération Union africaine (UA)-UE et pour la paix et la sécurité africaines, plus globalement. Il propose ensuite des recommandations pour une mise en œuvre responsable de la structure. L’accord politique de décembre 2020 sur la création de la facilité européenne pour la paix (EPF, en anglais ; l’un des fonds qui succèdent à l’APF) et les négociations relatives à sa mise en œuvre en Afrique étant sur le point de débuter à Bruxelles et dans les Etats membres, et les préparatifs du prochain sommet UA-UE prévu pour la mi-2021 étant en cours, ce rapport a pour but d’alimenter le débat autour de ces questions en Afrique comme en Europe. Le rapport se fonde sur les travaux antérieurs de Crisis Group sur les relations UA-UE et sur les contributions statutaires des Nations unies en faveur des opérations de soutien à la paix en Afrique. Il repose également sur des entre tiens réalisés entre janvier et décembre 2020 avec des fonctionnaires de l’UE et de l’UA ainsi qu’avec des représentants des Etats membres à Addis-Abeba et Bruxelles, des experts de la société civile en Europe et le personnel de terrain de Crisis Group au Sahel, dans le bassin du lac Tchad et dans la corne de l’Afrique.