L’agenda du Conseil de Sécurité de l’ONU au Premier Trimestre 2020: Les Foyers Classiques de Tension l’emportent sur le Covid-19 / The Agenda of the UN Security Council in the First Quarter of 2020: Classic Hotbeds of Tension Prevail over the COVID-19

In parallel with the appearance of Covid-19 at the beginning of this year, the various hotbeds of tension and war have seen dangerous escalations between the belligerents, threatening world peace and security. From Yemen to the Sahel, via Syria and Libya, the world saw the chances of regaining serenity and calm evaporating with mortar fire, air raids, drone attacks and the reinforcement of front lines in various arsenals. As the threat of Coronavirus advanced and became clearer, the eyes of the world turned to the Security Council to speak out against this scourge which, if not a threat to world peace and security, at least acted as a risk multiplier on countries and populations in areas of tension. Yet the Council remained stuck on the classic foci throughout the first quarter of the year, and those foci remained stuck on their escalations despite fragile truces in Yemen and Idlib. Will we see a better grip in the second half of the year?/ Parallèlement à l’apparition du Covid-19 au début de l’année en cours, les différents foyers de tensions et de guerres ont vu se développer, entre les belligérants, des escalades dangereuses qui menacent la paix et la sécurité dans le monde. Du Yémen au Sahel, en passant par la Syrie et la Libye, le monde voyait les chances de retrouver la sérénité et la quiétude s’évaporer avec les tirs de mortiers, les raids aériens, les attaques de drones et le renforcement des lignes de fronts en divers arsenaux. Au fur et à mesure que la menace du Coronavirus avançait et se précisait, les yeux du monde se tournaient vers le Conseil de Sécurité pour se prononcer contre ce fléau qui, s’il ne menaçait pas la paix et la sécurité dans le monde, faisait au moins fonction de facteur multiplicateur de risque sur les pays et populations des zones de tension. Le Conseil est pourtant resté figé sur les foyers classiques durant tout le premier trimestre de l’année, et ces foyers sont restés figés sur leurs escalades en dépit de trêves fragiles au Yémen et à Idlib. Verra-t-on une meilleure prise en main au deuxième semestre ?