La Trajectoire de Décarbonisation du Maroc - 2ème Partie: Scénarios de Décarbonisation Actualisés / Morocco’s Decarbonization Pathway Part II: Updated Decarbonization Scenarios

The consequences of climate change are becoming progressively more visible in Morocco. Changes in rainfall patterns and drought, increases in average temperatures and heatwaves, flooding, and rising sea levels are increasingly affecting several regions. Yet, Morocco has a relatively low greenhouse gas (GHG) emission rate, compared to other countries. In 2016, Morocco’s total GHG emissions reached 86127.7 gigagram of carbon dioxide equivalent (Gg CO2-eq), totaling around 0.2% of global GHG emissions. However, emission levels are anticipated to increase significantly in the coming decades as a result of the country’s continuing economic development. Seeking to tackle climate change, Morocco aims to contribute to global efforts by pursuing a rapid transition to a resilient, low-carbon economy, while enhancing equity and progress on the sustainable development goals (SDGs). As a result, Morocco submitted its Nationally Determined Contribution (NDC) to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) when it ratified the Paris Agreement on September 21, 2016. The country pledged an unconditional 17% reduction in GHG emissions including Agriculture, Forestry and Land Use AFOLU (13 % without AFOLU), by 2030 compared to a BAU scenario and a conditional 42% reduction in GHG emissions including AFOLU (34 % without AFOLU) below the BAU scenario by 2030. This Policy Brief, the second in a series of four, presents the results of the decarbonization scenario modelling. / Les conséquences du changement climatique sont de plus en plus visibles au Maroc. Le schéma changeant des précipitations et de la sécheresse, l'augmentation des températures moyennes et des canicules, les inondations et l'augmentation du niveau de la mer affectent de plus en plus de nombreuses régions. Et pourtant, le taux d'émission de gaz à effet de serre (GES) du Maroc est relativement faible, comparé à celui d'autres pays. En 2016, les émissions totales de GES du Maroc ont atteint 86.127,7 gigagrammes d'équivalent dioxyde de carbone (Gg éqCO2), soit environ 0,2% des émissions mondiales de GES. Les niveaux d'émission devraient toutefois considérablement augmenter au cours des prochaines décennies, compte tenu du développement économique continu du pays. Soucieux de lutter contre le changement climatique, le Maroc contribue aux efforts mondiaux en opérant une transition rapide vers une économie résiliente et à faible émission de carbone, tout en renforçant les aspects d'équité et de progrès des objectifs de développement durable (ODD). Par conséquent, le Maroc a soumis sa contribution déterminée au niveau national (CDN) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) lors de sa ratification de l'Accord de Paris le 21 septembre 2016. Le pays s'est engagé à atteindre l'objectif inconditionnel d'une réduction de 17 % de ses émissions de gaz à effet de serre, en comptabilisant les activités de l’agriculture, de la forêt et autres utilisations des terres (13 % sans l'AFAT), d'ici 2030, par rapport au scénario CNA (Cours normal des affaires), et l'objectif conditionnel d'une réduction de 42 % de ses émissions de gaz à effet de serre, y compris l'AFAT (34 % sans l'AFAT), par rapport au scénario CNA, d'ici 2030. Ce Policy Brief, le deuxième d'une série de quatre, présente les résultats de la modélisation des scénarios de décarbonisation.