La Paix dans la Région des Grands Lacs: Lecture d’une Approche Régionale / Peace in the Great Lakes Region: Time for a Regional Approach

The countries of the Great Lakes region face the possibility of rising regional tensions which could lead to renewed violence. Relations between Uganda and Rwanda are at a historical low, and the heightened tensions between Rwanda and Burundi are entering a sixth year. At the same time, the change in leadership in the DRC, and an apparent commitment by President Félix Tshisekedi to address chronic instability and violence in the eastern DRC provide an opportunity to reinvigorate regional relations in a positive manner. This paper looks at the status quo, particularly the interests that have driven and sustained instability in the region and the eastern DRC in particular. It argues that a new high-level regional political process is necessary in order to end decades of violence and prevent an escalation arising from growing tensions between key countries. A key element of such a peace process must be a reframing of the conflict narrative of the past 30 years, which has persistently placed governance failures in the DRC at the centre of the conversation, without recognising and addressing the reality that governance failures in other countries are equally significant drivers of instability and violence. This paper will also explore existing peace and security arrangements in the Great Lakes region, including SADC and the International Conference on the Great Lakes Region as well as the AU, UN and the Peace, Security and Cooperation Framework, with the aim of identifying those structures which could most effectively accompany and support a regional political dialogue. / Les pays de la région des Grands Lacs font face à un possible regain de tensions qui pourrait mener à un retour de la violence. Les relations entre l’Ouganda et le Rwanda sont à un niveau historiquement bas et des tensions croissantes entre le Rwanda et le Burundi entament leur sixième année. En même temps, le changement de gouvernement en RDC, et un engagement apparent du président Félix Tshisekedi pour traiter l’instabilité chronique et de la violence dans la partie est de la RDC fournissent une opportunité pour relancer les relations régionales d’une manière positive. Cet article se concentre sur la situation actuelle, en particulier les intérêts qui ont entraîné et maintenu l’instabilité dans la région, et en particulier à l’est de la RDC. Cet article avance qu’un nouveau processus de politique régionale de haut-niveau est nécessaire afin de mettre un terme à des décennies de violence et empêcher une escalade de violence résultant de tensions grandissantes entre les principaux pays. Un facteur clé d’un tel processus de paix doit s’articuler autour d’un recadrage de la narration du conflit de ces 30 dernières années, avec les échecs de gouvernance en RDC constamment placés au centre du discours, sans reconnaître ou traiter de la réalité que les échecs de gouvernance dans les autres pays sont au même titre des facteurs de violence et d’instabilité. Cet article explorera également des ententes existantes en faveur de la paix et de la sécurité au sein de la région des Grands Lacs, y compris avec la Communauté de développement d’Afrique australe (CDAA en français ou SADC en anglais) et la conférence internationale sur la région des grands lacs , ainsi que l’Union Africaine , les Nations-Unies et l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération. Cela aura pour but d’identifier les structures qui pourraient accompagner et soutenir un dialogue de politique régionale de la manière la plus efficace.