De la Transition Environnementale à la Crise Énergétique: Le Gaz Naturel A-T-Il Un Avenir ? / From Environmental Transition to Energy Crisis: Does Natural Gas have a Future?

If the use of renewable energies can only increase, should we symmetrically consider that natural gas, like oil and coal, is an energy of the past? This apparently simple question calls for a clear-cut and necessarily positive answer in view of the climate imperative, the need to decarbonise our economies, but also the political commitments made in this direction by many nations. The environmental validity of this reasoning cannot, however, obscure the fact that both economic and geopolitical factors are at work and that they must also be considered in order to understand the energy mix of tomorrow. Combined with the procrastination of nuclear power, which until recently seemed to be struggling to legitimise its role in this necessary environmental transition, these factors could make natural gas a middle way, largely unsatisfactory in the long run in terms of the fight against global warming, but which could, in the short run, accelerate the phasing out of coal. / Si le recours aux énergies renouvelables ne peut que croître, doit-on symétriquement considérer que le gaz naturel est, à l’instar du pétrole et du charbon, une énergie du passé ? Cette question simple en apparence, appelant une réponse tranchée et nécessairement positive au regard de l’impératif climatique, de la nécessité de décarboner nos économies, mais également des engagements politiques pris dans ce sens par de nombreuses nations. Le bien-fondé environnemental de ce raisonnement ne peut toutefois faire oublier que des facteurs tant économiques que géopolitiques sont à l’œuvre et qu’ils doivent également être pris en compte pour appréhender le « mix » énergétique de demain. Conjugués aux atermoiements sur le nucléaire qui, jusqu’à récemment, semblait peiner à légitimer son rôle dans cette nécessaire transition environnementale, lesdits facteurs pourraient consacrer le gaz naturel comme une voie médiane, largement insatisfaisante à long terme au regard de la lutte contre le réchauffement climatique mais permettant, à court terme, d’accélérer la sortie du charbon.