Développement minier et pétrolier et politiques de dépenses publiques au Niger: une analyse en équilibre général calculable dynamique / Mining and petroleum development and public expenditure policies in Niger

This study analyses public expenditure options based on mining resources and oil, and their impact on economic variables in Niger. The question asked is how the State of Niger can make the most effective use of mining and petroleum resources for socio-economic development purposes. The main lessons learned are as follows: In view of the mining and oil outlook, the economic growth path points to a positive trend that may be temporary in the absence of targeted policies; the implementation of an investment policy in infrastructure, both road and rail will have a positive effect on the Nigerian economy - compared to a scheme without any investment policy. However, the policy in favour of road infrastructure provides better results on the economic growth (20% increase in 2021) since the beneficial effects appeared in the early years, while the improvement of agricultural infrastructure has delayed effects that only appear after 2017. / Cette étude analyse les options de dépenses publiques à partir des ressources minières et pétrolières, et leurs répercussions sur les variables économiques au Niger. La question posée à l’origine de cette étude est de savoir comment l’Etat du Niger peut utiliser le plus rationnellement possible les ressources minières et pétrolières à des fins de développement socioéconomique. Les principaux enseignements sont les suivants: Au regard des perspectives minières et pétrolières, le sentier de croissance de l’économie dessine une tendance favorable qui risque d’être passagère en l’absence de politiques ciblées.; la mise en place d’une politique d’investissement dans les infrastructures, tant routières qu’agricoles, aura un effet positif sur l'économie nigérienne - comparé à un schéma sans aucune politique d’investissement. Toutefois, la politique en faveur des infrastructures routières procure de meilleurs résultats sur la croissance économique (accroissement de 20% en 2021) puisque les effets bénéfiques apparaissent dès les premières années, tandis que l’amélioration des infrastructures agricoles a des effets retardés qui n’apparaissent qu’au-delà de 2017.