Déterminants de l'Adaptation des Ménages face à la Qualité Insalubre de l'eau de Boisson: Douala et Yaoundé au Cameroun

[English title translated: Determinants of the avoidance behaviour of households to cope with unsafe drinking water: case study of Douala and Yaounde in Cameroon]. Despite the effectiveness of home water treatment methods, it is worth noting that this practice is not yet widespread in many countries, including Cameroon. This study analyses the determinants of the coping behaviour of households with unsafe drinking water in the cities of Douala and Yaoundé in Cameroon. The study is based on primary data collected in 2013 from a sample of 789 households in the two cities. The nested logit model is used for empirical analysis. The main findings of the estimated models are as follows: the decision to improve water quality decreases when the head of the household is a man and when there are no children in the household. Furthermore, it decreases when wealth and the level of education are low. In addition, the probability of using a given adaptation method decreases with its adoption cost and increases with its perceived efficiency (that is, the favourable opinion on the quality of water after treatment). Actions of education and sensitization of the population on the negative health effects of unsafe water consumption and the efficiency of water treatment at home, as well as the implementation of policies to make adaptation methods more affordable are suggested by the study./ Malgré l’efficacité des méthodes de traitement de l’eau à domicile, il convient de noter que cette pratique n’est pas encore répandue dans de nombreux pays, y compris au Cameroun. Cette étude analyse les déterminants du comportement d’adaptation des ménages face à l’eau de boisson insalubre dans les villes de Douala et de Yaoundé au Cameroun. L’étude est basée sur des données primaires recueillies en 2013 auprès d’un échantillon de 789 ménages dans les deux villes. Le modèle logit emboité est utilisé pour les analyses empiriques. Les principales conclusions des modèles estimés sont les suivantes: la décision d’améliorer la qualité de l’eau diminue lorsque le chef de famille est un homme et lorsqu’il n’y a pas d’enfant dans le ménage. En outre, il diminue lorsque la richesse et le niveau d’éducation sont bas. De plus, la probabilité d’utiliser une méthode d’adaptation donnée diminue avec son coût d’adoption et augmente avec son efficacité perçue (c’est-à-dire l’opinion favorable sur la qualité de l’eau après traitement). Des actions d’éducation et de sensibilisation de la population sur les effets sanitaires négatifs de la consommation d’une eau insalubre et sur l’efficacité du traitement de l’eau à domicile, ainsi que la mise en œuvre de politiques visant à rendre les méthodes d’adaptation plus abordables sont suggérées par l’étude.