Démocratie en Côte d’Ivoire: Mythe ou Réalité? / Democracy in Côte d'Ivoire: Myth or Reality?

Democracy is a mode of governance by which the people decide to shape their future. It thus embodies the expression of the recognition of the rule of law and human rights. Since the 1990s, African states have massively adhered to this model of governance. Nevertheless, in many African countries, the process of implementing democratic governance has faced several obstacles, including infringements on individual and collective freedoms, transparency and fairness of elections, and equal opportunities before the law, to name a few. The case of Côte d'Ivoire is a case in point. Although the Ivorian people demonstrate a strong aspiration for democracy, as evidenced by the struggles to achieve independence in 1960 and multiparty politics, its history has never allowed the country to claim an honourable place in the ranking of democratic countries. For example, the Economist Intelligence Unit's Democracy Index (2019) ranks Côte d'Ivoire 111th out of 167 countries in the world, placing it in the category of "hybrid regime", i.e. halfway between an imperfect democracy and an authoritarian regime. This analysis of Afrobarometer survey data suggests that the supply of democracy is insufficient compared to popular demand. Freedom of opinion is demanded, but above all respect for the judiciary and the legislature in relation to the executive remains unsatisfactory for the majority of citizens. The assessment of several canonical indicators of democracy in the present study aims to take stock of our homeland at this stage. / La démocratie est un mode de gouvernance par lequel le peuple décide de dessiner son avenir. Elle incarne ainsi l’expression de la reconnaissance de l’État de droit et des droits de l’homme. Depuis les années 1990, les états africains ont massivement adhéré à ce modèle de gouvernance. Néanmoins, dans de nombreux pays africains, le processus de mise en oeuvre de la gouvernance démocratique a été confronté à plusieurs obstacles, au rang desquels les entorses aux libertés individuelles et collectives, à la transparence et l’équité des élections, et à l’égalité des chances devant la loi, pour ne citer que ceux-ci. Le cas de la Côte d’Ivoire nous interpelle à ce sujet. Bien qu’il s’avère que les populations ivoiriennes manifestent une forte aspiration à la démocratie, en témoigne les luttes menées pour accéder à l’indépendance en 1960 et au multipartisme, son histoire n’a jamais permis au pays de prétendre à une place honorable dans le classement des pays démocratiques. A titre d’exemple, le Democracy Index du Economist Intelligence Unit (2019) classe la Côte d’Ivoire 111éme sur 167 pays du monde, le rangeant dans la catégorie « régime hybride », c’est-à-dire à mi-chemin entre une démocratie imparfaite et un régime autoritaire. La présente analyse des données des enquêtes d’Afrobarometer suggère une offre de démocratie insuffisante comparée à la demande populaire. La liberté d’opinion est demandée, mais surtout le respect des pouvoirs judiciaire et législatif par rapport au pouvoir exécutif reste insatisfaisant pour la majorité des citoyens. L’appréciation de plusieurs indicateurs canoniques de la démocratie dans la présente étude a pour but de faire un bilan à ce stade de notre patrie.