Accès des Femmes à la Terre au Sénégal: Quelques Leçons Tirées de l’étude de Base / Women's Access to Land in Senegal: Lessons Learned from the Baseline Study

The first results of the evaluation of the initiatives in the three (03) agroecological target zones, reveal innovative strategies and approaches that have improved the rights of women to land. Experiences demonstrating that there are not only challenges, but also opportunities for change towards more equitable and sustainable solutions for women's access to and control over land. However, at the same time, they raise questions about the adverse effects of the intervention of development projects and programs on land tenure security, the risks of the application of the quota system and the limits of collective access to land. All this testifies to the need to go beyond the generalities regarding access and control of women over land in Senegal to address this issue in its entirety, but taking into account the zonal specificity to be able to address the interests of all social classes - women, young people, men, "classes", ethnic groups. It is impossible to secure women's land rights without taking into account all the sections of the targeted communities. The few cases presented here testify to these situations that are both specific and interacting. / Les premiers résultats de l’évaluation des initiatives dans les trois (03) zones agroécologiques cibles révèlent des stratégies et approches innovantes ayant permis l’amélioration des droits fonciers des femmes à la terre. Des expériences démontrant qu’il n’y a pas uniquement des défis mais également des opportunités de changement en faveur de solutions plus équitables et durables en matière d’accès et de contrôle des femmes sur le foncier. Mais ils soulèvent, en même temps, des questionnements sur les effets pervers de l’intervention de projets et programmes de développement portant sur la sécurisation foncière, les risques de l’application du système de quota et les limites de l’accès collectif à la terre par le biais des groupements. Tout cela témoigne de la nécessité d’aller au-delà des généralités concernant l’accès et le contrôle des femmes sur le foncier au Sénégal pour aborder cette question dans sa globalité, mais tenant compte des spécificités zonales pour pouvoir adresser les intérêts de tous les couches sociales – femmes, jeunes, hommes, « classes », ethnies. Car il est impossible de sécuriser les droits fonciers des femmes sans tenir compte de ceux de toutes les couches des communautés ciblées. Les quelques cas présentés ici témoignent de ces situations à la fois spécifiques et qui s’interagissent.