Dr Cheikh Oumar Ba

Comprendre les Changements dans l’accès et l’Utilisation de la Terre par les Populations Rurales Pauvres en Afrique Subsaharienne : Cas du Sénégal / Understanding Changes in Access to Land and Land use by the Rural poor in Sub-Saharan Africa: the Senegalese Case

The main aim of this research is to improve the understanding of the evolution of access to land and land use by rural populations in Sub-Saharan Africa including Senegal. The results of the research will be used to feed the design and implementation of policies, reforms, inclusive development projects and programs. Specifically, the research has three objectives: 1) To enable technical and financial partners, decision makers and key players in rural development and producer organizations to understand the dynamics and changes in access to land. Including: i) changes in pressures on land; ii) changes in the land access mechanisms, including the implementation of a new decentralization policy and the emergence of land markets; iii) trends of fragmentation and land concentration, and iv) the links between changes in Access to land and land use. 2) To explore what these dynamics mean in a context of evolution of the means of rural livelihoods linked to food security and poverty, the formation of social classes and access for the rural poor to agricultural land. 3) Use the lessons learned to develop knowledge management products that could be useful to the development of country programs and IFAD country projects, as well as to the national government, development agencies and rural producer organizations. This report is structured around three parts./ Cette recherche a pour principal but d’améliorer la compréhension de l'évolution de l’accès à la terre et son utilisation par les populations rurales en Afrique Sub-Saharienne notamment au Sénégal. Les résultats de la recherche vont être utilisés pour alimenter la conception et la mise en œuvre de politiques, réformes, projets et programmes inclusifs de développement. De manière spécifique, la recherche vise trois objectifs: 1) Permettre aux partenaires techniques et financiers, aux décideurs et aux acteurs clés de développement rural et les organisations de producteurs de comprendre la dynamique des changements dans l’accès à la terre. Notamment : i) l'évolution des pressions sur la terre; ii) les changements dans les mécanismes d'accès à la terre, y compris la mise en œuvre de nouvelles politique de décentralisation et l'émergence de marchés fonciers; iii) les tendances de la fragmentation et de concentration des terres, et iv) les liens entre les changements dans l’accès à la terre et à l'utilisation des terres. 2) Explorer ce que ces dynamiques signifient dans un contexte d’évolution des moyens de d’existence en milieu rural en lien avec sécurité alimentaire et la pauvreté), la formation de classes sociales et l'accès des populations rurales pauvres aux terres agricoles. 3) Utiliser les leçons apprises pour développer des produits de gestion des connaissances qui pourraient être utiles au développement des programmes et projets pays du FIDA, ainsi qu’au gouvernement national, aux agences de développement, et organisations de producteurs ruraux. Ce rapport est structuré autour de trois parties. La première partie est constituée de l’introduction et de la méthodologie de la recherche. La seconde partie présente l’analyse des résultats de la recherche autour de : i) la présentation de la dynamique des changements dans l’accès et l’utilisation de la terre au Sénégal ; ii) la discussion des moteurs des changements dans l’accès et l’utilisation dans les Niayes et le Delta ; iii) les impacts de ces changement dans sur l’élevage ; iv) la mobilisation de la société civile pour la sécurisation foncière. Enfin, la troisième partie présente les principales conclusions et recommandations.

Diversité et Dynamique des Agricultures Ouest-Africaines: Illustrations Concrètes des Mutations en Course/ Diversity and Dynamics of West African Agriculture: Concrete Illustrations of the Ongoing Changes

This paper develops five case studies to illustrate the diversity of West African agriculture and the changes they undergo, or cause: The first three cases are centered on the department of Dagana Senegal. They show how, in a relatively small geographical area, the agro-ecological conditions, as well as the nature and intensity of public investment can induce trajectories and very different ways of adaptation according to farms. The case of Benin proves local innovation capacities where minimum conditions are met (research, support - Council, opportunities) and indicates possible changes, especially to a type of agriculture Enterprise. The case of the region of Diema in Mali highlights another form of adaptation of agricultural and rural households facing the consequences of climatic hazards and deterioration of the productive base: the exodus and the emigration. / Dans ce cadre, cet article développe cinq études de cas afin d’illustrer la diversité des agricultures ouest-africaines et les mutations qu’elles subissent ou qu’elles provoquent : Les trois premiers cas sont centrés sur le département de Dagana au Sénégal. Ils montrent comment, dans un espace géographique relativement petit, les conditions agro-écologiques, aussi bien que la nature et l’intensité des investissements publics peuvent induire des trajectoires et des modalités d’adaptation très différentes selon les exploitations agricoles. Le cas du Bénin prouve les capacités d’innovation locales lorsque des conditions minimales sont réunies (recherche, appui – conseil, opportunités) et révèle les évolutions possibles, notamment vers un type d’agriculture d’entreprise. Le cas de la région de Diéma au Mali met en lumière une autre forme d’adaptation des ménages agricoles et ruraux face aux conséquences des aléas climatiques et à la détérioration de la base productive : ce sont l’exode et l’émigration.

Cadre d’Analyse de la Gouvernance Foncière au Sénégal (CAGF) / Analytical Framework for Land Management in Senegal (CAGF)

"The analytical framework for land management (CAGF) is a diagnostic tool that allows for the assessment of a country’s land management policies. The CAGF is a participatory process that was implemented in Senegal in October 2012 and that is expected to run until June 2013, concluding with a workshop at which its results and findings will be presented to policymakers. The CAGF systematically gathers local expertise and existing data, rather than depending on foreign information sources, presenting a synoptic view of issues which have hitherto been treated separately. This process has enabled a consensus around key aspects of land management, and the determining of priority actions relating to (i) missing data which is nevertheless necessary for the improvement of land management practices, (ii) areas likely to become subject to regulatory or institutional reform, and interventions aimed at improving land management on a larger scale (initiatives designed to support land rights and better the understanding and treatment thereof, etc.), and (iii) the criteria for assessing the effectiveness of such measures. The CAGF is also contributing to the implementation of a process for the long-term, systematic monitoring of progress achieved in the improvement of land management in Senegal. / Le Cadre d’analyse de la gouvernance foncière (CAGF) est un outil de diagnostic qui permet d’évaluer le statut de la gouvernance foncière d’un pays. Le CAGF est un processus participatif qui a démarré au Sénégal en octobre 2012 et qui se poursuivra jusqu’en juin 2013, avec l’organisation de l’atelier de restitution des résultats aux décideurs politiques. L’outil s’appuie de manière systématique sur le savoir-faire local et sur des données existantes, plutôt que sur une expertise étrangère au pays. Le CAGF donne une vision synoptique de certains thèmes qui ont jusque-là fait l’objet d’un traitement séparé. Le processus a permis d’établir un consensus sur les aspects clés de la gouvernance foncière et de définir des actions prioritaires concernant:(i) les données manquantes qui sont pourtant pertinentes pour améliorer la gouvernance foncière; (ii) les domaines susceptibles de faire l’objet d’une réforme réglementaire ou institutionnelle, et les interventions visant à améliorer la gouvernance foncière à une plus grande échelle (par exemple en renforçant les droits fonciers et en améliorant leur application) ; et, (iii) les critères permettant d’évaluer l’efficacité de ces mesures. Le CAGF contribue également à mettre en place un processus permettant de suivre,à long terme et de manière systématique, les progrès accomplis dans l’amélioration de la gouvernance foncière."

Rapport de Synthèse des Ateliers Paysans sur la Réforme Foncière et les Enjeux de Sécurisation Foncière des Exploitations Familiales au Sénégal / Synthesis Report of the Peasant Workshop on Land Reform and the Challenges of Land Tenure Security for Family Farms in Senegal

As part of the policy of economic liberalization, donors exerted strong pressure on the government of Senegal to reform the land policy. This pressure initially resulted in measures taken by the State to withdraw the SAED from the management of land in the Senegal River Delta, through the transfer of frontier zones to the territories and zones of 1987. The analyses which was carried out by the CNCR have shown that the justification favored by the PAF is not acceptable to the rural population. The modernization of Senegalese agriculture cannot be based solely on the development of capital-based agricultural entrepreneurship. Land that is exploitable for agriculture in every sense is mainly occupied and exploited by farmer families under the national territory. Therefore, it is hard to justify increasing agricultural production which seems politically, economically and socially unrealistic. Indeed, capital-based production systems constitute a negligible percentage of total agricultural production and agricultural exports. They employ only a small part of the rural population and there is not yet another economic sector able to absorb the peasant labor that would be released./ Dans le cadre de la politique de libéralisation de l’économie, les bailleurs de fonds ont exercé une forte pression sur le gouvernement du Sénégal pour réformer la politique foncière. Cette pression s’est traduite, dans un premier temps, par des mesures prises par l’Etat pour retirer la SAED de la gestion du foncier dans le Delta du fleuve Sénégal, à travers le reversement des zones pionnières dans les zones de terroirs en 1987. Les analyses faites par le CNCR ont montré que la justification privilégiée par le PAF n’est pas acceptable pour le ruraux. La modernization de l’agriculture Sénégalaise ne peut pas reposer sur le seul développement de l’entreprenariat agricole à base de capitaux. Les terres exploitables pour l’agriculture au sens large, sont pour l’essentiel occupies et exploitées par des familles paysannes au titre du domaine national. Dès lors, on peut difficilement justifier pour intensifier et accroître la production agricole parait politiquement, économiquement et socialement peu réaliste. En effet, les systems de production à base de capitaux constituent un pourcentage négligeable de la production agricole totale et des exportations agricoles. Ils n’emploient qu’une infima partie de la population rurale et il n’existe pas encore un autre secteur économique pouvant absorber la main d’ œuvre paysanne qui serait ainsi libérée.